Pour ceux et celles qui n’ont encore jamais investi en immobilier… cette question les obsède : l’immobilier, est-ce risqué ?

Alors comment enfin vous décider et faire le grand pas ? Nous allons voir dans cet article si c’est vraiment aussi risqué qu’il n’y paraît…

Quand on investit dans l’immobilier, on s’engage souvent sur des sommes qui sont importantes, voire très importantes. Ça peut représenter des dizaines voire des centaines de milliers d’euros ! L’engagement financier est conséquent et quand on souhaite investir et s’engager sur de telles sommes et sur de nombreuses années, il est tout à fait normal d’avoir peur, d’avoir des craintes. Si nous avons ces peurs, c’est aussi parce que l’on s’engage sur un prêt très important qui est à rembourser auprès de la banque.

En cumulant ces deux choses (le fait d’investir une somme importante, et le fait d’avoir des engagements auprès d’un établissement financier) il est tout à fait légitime d’hésiter à se lancer. Parce qu’en immobilier, on ne rebrousse pas chemin en cours de route. Une fois qu’on est engagé, une fois qu’on a souscrit un prêt, c’est pour un certain nombre de temps…

Mise à part si on réalise une opération d’achat-revente

La notion de risque

On nous dit souvent que dans la vie, il faut savoir prendre des risques. Mais prendre des risques, ça ne veut pas forcément dire faire tout et n’importe quoi! Ça ne veut pas dire s’engager sur des choses qui sont extrêmement risquées en mettant tout sur la table, au risque que plus tard, ça puisse être quitte ou double.

 

En fait, vous prenez un risque quoi que vous fassiez dans la vie… Que ce soit en immobilier, en bourse, au travail, ou encore lorsque vous vous engagez dans une relation amoureuse. Même le fait d’avoir un travail salarié, quelque part, c’est aussi un risque, parce que vous dépendez du bon fonctionnement d’une entreprise qui, en contrepartie d’un travail que vous fournissez, vous verse un salaire. Et si demain cette entreprise n’a plus une activité économique saine, si le carnet de commandes est vide… votre job se trouve menacé. Donc dépendre complètement de votre travail c’est aussi un risque.

 

Mais ce n’est pas pour ça que vous n’allez pas de l’avant. Ce n’est pas pour ça que vous ne prenez pas de décisions ! 

Comment évaluer les risques ?

Quand vous avez une décision à prendre et que vous ne savez pas s’il faut y aller, s’il ne faut pas y aller… si c’est risqué ou non… prenez une feuille de papier et faites deux colonnes : Avantages / Inconvénients.

Quels sont les avantages et inconvénients de mener cette action ? Quels sont les avantages et inconvénients de ne pas mener cette action? Car il n’y a pas une seule bonne solution. C’est une histoire d’avantages et d’inconvénients. Quels sont les avantages de prendre une décision sur une action à mener? Quels sont les inconvénients? Et faites la même chose également dans le cas inverse, si vous prenez la décision de ne pas faire cette chose-là.

Quand vous pesez le pour et le contre, ça vous aide à prendre de la hauteur, de ne pas agir avec émotion. C’est quelque chose d’extrêmement important. Il faut essayer de se dégager de tout l’aspect émotionnel lorsqu’on souhaite investir dans l’immobilier, ou dans tout autre type d’investissement comme la bourse, la création d’entreprise, etc. Il faut absolument essayer de rester rationnel.

Je sais que ce n’est pas toujours simple, mais le fait de noter ces choses là sur papier (de prendre un peu de recul et de regarder le pour et le contre) va vous aider à prendre une décision. C’est un outil qui est vraiment tout simple, mais qui est extrêmement efficace.

Imaginez le pire scénario

Si jamais vous décidez de vous positionner sur un bien immobilier (malgré le fait que cela représente des risques, comme n’importe quoi dans la vie), essayez maintenant de vous imaginer la ou les pires choses qui peuvent vous arriver.

C’est ce que je fais toujours. Lorsque j’investis sur un bien immobilier, je me dis : « Ce bien m’intéresse. Financièrement j’ai fait mes calculs, ça passe et ça fonctionne. Je sais que je peux y aller. Maintenant il y a peut-être des choses auxquelles je n’ai pas pensé ou que je n’ai pas imaginé, des imprévus qui vont arriver. » 

Et ça arrive toujours, que ce soit dans l’immobilier ou dans n’importe quoi d’autre. Il y a toujours des imprévus. C’est absolument impossible de tout maîtriser de A à Z! Il y a toujours des petites choses qui se passent dans la vie et qu’on n’avait pas anticipé. Donc l’idée, c’est de se dire : « J’ai décidé de me positionner. J’ai décidé d’y aller malgré le fait que je sois complètement conscient des risques. Mais j’ai déjà calculé les risques et je suis prêt. »

Comment les calculer? Il vous suffit d’imaginer les pires choses qui puissent arriver. Alors essayons d’imaginer ensemble. Qu’est ce qui peut se passer?

Vous décidez de vous positionner sur un bien immobilier. Ce bien vous intéresse. Financièrement, ça fonctionne (sur le papier en tout cas!). Maintenant, qu’est-ce qui peut se passer? Peut-être que vous avez mal anticipé, mal imaginé, mal budgétisé votre enveloppe travaux. Ça arrive très couramment. Comment faites-vous pour l’anticiper? Et bien, vous mettez un peu d’argent de côté. Personnellement, quand je me positionne sur un bien sans apport, j’indique au banquier que oui, j’ai un peu de trésorerie, mais que je la conserve au cas où il se passe quoi que ce soit.

Qu’est ce qui peut se passer encore? Un ravalement de façade voté par la copropriété dans quelques années. Donc pour l’anticiper, je constitue aussi une petite trésorerie au cas où. Qu’est ce qui peut se passer d’autre? J’ai un locataire qui ne paye pas ou qui a du retard dans le paiement de ses loyers. Je prends peut-être une assurance loyers impayés? Je sélectionne mieux mes locataires avec une méthode un peu plus rigoureuse?

Essayez d’imaginer les pires choses qui puissent arriver. Puis, une fois que vous avez listé tout ça, essayez de trouver des solutions à ces problèmes si jamais ces choses là se passent. Est-ce que vous avez la capacité financière et émotionnelle, nerveuse, etc. de pouvoir répondre à ces imprévus? Est-ce que c’est quelque chose qui est possible pour vous ou pas?

Lorsque vous avez un emploi salarié, quand vous prenez votre poste, vous ne savez pas comment va évoluer l’entreprise. Peut-être que dans un an, l’entreprise ira moins bien… Peut-être qu’elle va être restructurée, peut-être qu’elle va être rachetée. Vous allez devoir changer de poste, vous allez devoir vous adapter. Et dans ce cas là, vous n’aurez pas le choix : vous allez devoir vous adapter et trouver des solutions.

Pourquoi je vous dis ça? Simplement parce que dans l’immobilier, c’est pareil. Il y a souvent des imprévus. Et un imprévu… comme le mot l’indique, c’est imprévu! Ce sont des choses que l’on n’a peut-être pas forcément anticipé. Alors, même si, comme on l’a vu juste avant, on essaye d’anticiper au maximum, il est toujours possible qu’il arrive des imprévus. Et quand arrive un imprévu, qu’est ce qu’il se passe? Qu’est ce qu’on fait? On s’adapte. On trouve toujours des solutions. Il y a toujours des solutions.

Alors bien évidemment, je ne prends pas le cas extrême où vous avez une bombe qui tombe sur votre immeuble et du coup, l’appartement est rasé. Il y a toujours des cas extrêmes : tremblement de terre, ouragan, grosse tempête… Mais ça ne représente vraiment qu’une infime minorité des personnes qui investissent dans l’immobilier. Dans la plupart des cas, ça se passe vraiment très bien.

Et si jamais il y a un petit imprévu, soit on a réussi à anticiper auparavant, soit c’est vraiment un imprévu. Dans ce cas là, on s’adapte. On trouve toujours des solutions pour répondre à ce problème là.

Ayez confiance et réalisez vos projets

Bien que dans l’immobilier il y ait des imprévus, des risques, c’est exactement comme lorsqu’on fait n’importe quoi d’autre. Lorsqu’on crée une entreprise, lorsqu’on investit dans un business, lorsqu’on investit en bourse, même lorsqu’on est salarié, on prend des risques.

La seule différence est que quand on est salarié, on est dans un état où on subit plutôt que dans un état où on agit. Lorsque vous investissez dans l’immobilier, vous prenez une action, vous agissez, c’est vous qui allez au devant. Tandis que lorsque vous êtes salarié, lorsque vous avez un emploi classique et que vous n’avez pas pris la décision de développer d’autres sources de revenus… eh bien là, vous êtes dans un état où vous subissez. 

C’est peut-être plus ‘’simple’’ de subir plutôt que de prendre les choses en mains et d’agir. Quand on est salarié, on subit et on ne s’en rend pas forcément compte. Mais arrivé à un moment ou un autre, le moment fatidique de la retraite arrivera. À ce moment-là, on sait très bien que ça ne va pas très bien se passer.

Et malgré le fait de le savoir, la plupart d’entre nous choisissent quand même de subir, de rester dans un emploi classique plutôt que de prendre les choses en main. Mais si vous ne faites rien, il y a un autre risque qui va arriver… C’est le risque que vous ne soyez pas suffisamment solide financièrement pour pouvoir assumer tout ce que vous aurez à assumer le jour où vous serez en retraite. Au final, sur le long terme, celui qui se risque plus tôt sera mieux préparé que celui qui attend le dernier moment.

À vous de voir où vous positionnez cette notion de risque. Encore une fois, prendre des risques, ça ne veut pas forcément dire faire tout et n’importe quoi. Ce n’est pas tout mettre sur la table, ce n’est pas jouer à quitte ou double et s’engager dans des choses complètement farfelues pour se dire ‘’ça passe ou ça casse’’. Non, ce n’est pas du tout ça. Ne croyez pas que tous les entrepreneurs qui lancent une activité jouent à quitte ou double : ils ont fait une étude de marché et ils ont étudié le potentiel, la concurrence, la demande. Et c’est à partir de ce moment-là, en ayant étudié les choses, qu’ils décident de se lancer.

Pour vous, c’est exactement la même chose. Si vous souhaitez investir dans l’immobilier, vous allez étudier les choses et en fonction des études que vous avez menées, vous allez décider de vous positionner ou non. Alors l’immobilier, est-ce risqué ? Oui, il y a toujours une part de risque….

À vous de voir maintenant si vous souhaitez prendre les choses en main… ou si vous décidez de décaler ce risque et subir la situation en ne menant aucune action. Quoi que vous décidiez, vous devrez quoi qu’il en soit assumer ce risque plus tard, au plus tard au moment où vous serez en retraite.