Commencer les travaux avant d’acheter est une idée alléchante. Si vous acheter un bien qui nécessite des rénovations, il est possible qu’on vous propose un démarrage de chantier dès la signature du compromis de vente. Sur le papier, la proposition est alléchante. Elle permet de faire gagner du temps. Pourtant, commencer les travaux avant d’acheter représente un vrai risque. Et si ça tourne au mal, vous pourriez y laisser beaucoup d’argent… et la santé ! Pourquoi ? Je vous explique tout dans cet article.

POURQUOI ÉVITER LES TRAVAUX AVANT D’ACHETER ?

Vous verrez, c’est immanquable. Quand vous achetez un bien qui a besoin de travaux, certaines personnes vont vous conseiller de démarrer le chantier au plus vite. Quand exactement ? Dès la signature du compromis.

Le problème, c’est qu’à ce stade, vous n’êtes pas encore pleinement propriétaire de votre bien immobilier.

C’est pourquoi je vous déconseille très fortement cette stratégie. Oui, il est vrai que cette manière de procéder permet de gagner du temps et très probablement de l’argent. La logique est d’ailleurs assez simple. Imaginons que vous souhaitiez louer votre bien au plus vite. Si les travaux sont effectués et achevés avant la signature de l’acte de vente authentique, vous aurez un bien opérationnel beaucoup plus vite. Donc moins de temps passé « à vide » et un revenu immédiat.

 

DE LA SIGNATURE DU COMPROMIS À LA VENTE : UNE PÉRIODE À RISQUE

Si ce procédé semble alléchant, il peut s’avérer dangereux. Parce que vous ne maîtrisez rien de ce qu’il peut se passer au cours de cette période. Je m’excuse par avance de ce que je vais vous dire, mais… Imaginons les pires scénarios.

  • Votre conjoint ou conjointe décède. Allez-vous toujours acheter ?
  • Un problème survient avec les travaux. Une fuite par exemple. Qui gère ce dégât ? Vous ou le propriétaire ?
  • Vous décidez de vous rétracter. Comment faire si vous avez déjà fait tomber des cloisons ou réaménagé les espaces de vie ?
  • Contre toute attente, vous n’obtenez pas votre prêt…

Avouez que ça ne sent pas bon.

 

LES TRAVAUX : UNE GRANDE INCONNUE

Sachez-le : les problèmes lors de travaux, sont une chose récurrente. Il n’est pas rare, voire courant, de se retrouver avec de belles (si seulement) surprises. Des délais non respectés, des problématiques non anticipées, etc.

Prenons un exemple simple et vraiment embêtant. Si lors de vos travaux, vous provoquez un dégât des eaux chez le voisin. Comment allez-vous gérer cela ? Comment gérer ce conflit alors que vous n’êtes pas encore propriétaire ? Est-ce votre assurance ou celle du vrai propriétaire qui doit prendre en charge ? D’ailleurs, à bien y réfléchir, vous n’êtes même pas assuré pour ce logement… Alors qui va payer ? Et croyez-moi, cette question peut rendre fou.

C’est pourquoi, à mon sens, il est très dangereux d’engager des travaux avant d’être propriétaire.

 

PATIENCE EST MÈRE DE SÛRETÉ

En matière d’immobilier, il faut se méfier de certaines astuces qui, de prime abord, semblent intéressantes. Avant de se jeter tête baissée, mieux vaut se renseigner, réfléchir, évaluer les risques et les bénéfices. Sinon, vous avez de belles nuits blanches devant vous pour tenter de vous dépêtrer d’une situation catastrophique.

Je ne m’en cache pas, je suis de nature à vouloir dormir sur mes deux oreilles. Alors je préfère toujours attendre d’être vraiment propriétaire pour commencer mes travaux. C’est bien plus de sérénité à la clé.

Réfléchissons sérieusement. Qu’a-t-on vraiment à gagner à précipiter les choses ? Deux ou trois mois de location ? À terme, trois mois où votre bien ne sera pas loué, vous coûteront bien moins cher que si vous devez gérer un dégât important.  Il n’y a pas le feu au lac, comme diraient nos amis suisses.

J’espère que vous voyez à présent plus clairement quels risques vous courrez, à vouloir précipiter les travaux de votre nouvelle acquisition. Prenez le temps de bien faire les choses. Les bénéfices n’en seront que meilleurs.