Mes échecs d’investisseur en 2017

 In Actualité, Conseils, Investissement immobilier

Aujourd’hui, je vous livre mon bilan de l’année qui vient de s’écouler. Enfin, je vous dévoile plutôt mes échecs d’investisseur. Tout le monde fait des erreurs, et c’est tout à fait normal. L’idée, c’est de ne pas rester bloquer, de les comprendre et savoir rebondir !

 

 

La plupart des investisseurs parlent uniquement de ce qui marche, du nombre de biens qu’ils ont, des rentes qu’ils gagnent chaque mois. Aujourd’hui, j’ai envie de vous confier ce qui marche moins bien, en tout cas, de ce qui a moins bien marché pour moi en 2017. En effet, j’ai bien parlé de mes investissement qui ont réussi en 2017, alors je voudrais vous parler de mes échecs d’investisseur. Parce qu’il faut en avoir conscience, l’immobilier c’est aussi des échecs pas seulement des réussites.

Je ne réussi pas tout, loin de là, mais ce n’est pas pour ça que ça m’empêche d’avancer, d’avoir d’autres projets, d’atteindre mes objectifs et de réussir de manière globale.

 

 

L’immobilier c’est aussi des déceptions, des imprévus. Et c’est le cas pour tout le monde.

Si vous me suivez ou suivez d’autres investisseurs en immobilier, ou si vous faites des recherches sur l’investissement immobilier sur Internet, vous trouverez très souvent des expériences positives, extraordinaires. Dès qu’il y a des expériences moins bonnes, des échecs d’investisseur, elles souvent très peu racontées. Peu de personnes, vous avoue vraiment les choses. Du coup, ça peu être frustrant pour vous parce que vous n’entendez que des choses hallucinantes. On peut se demander pourquoi telle ou telle personne réussi et que nous on n’y arrive pas…

On peut se sentir un peu diminué, avoir l’impression que tous les autres réussissent sauf nous.

Je tiens à vous dire qu’on est tous des êtres humains, on fait TOUS des erreurs et tous ne se passe pas toujours comme prévu.

 

En ce début d’année 2018, j’ai dressé une liste de quelques uns de mes échecs d’investisseurs en 2017.

 

 

Echecs d’investisseur n° 1 : je n’ai pas atteint mon objectif d’achat

Je m’étais fixé un objectif d’un investissement immobilier par an. Je trouvais que c’était un bon rythme pour développer rapidement ses revenus.

Résultat : en 2017 je acheté ZERO bien immobilier. Je n’ai pas réussi à atteindre mon objectif.

Je n’ai pas pu vraiment chercher le bon bien, j’étais aussi peut-être trop concentré sur d’autres sujets, je n’ai pas du être assez assidu et tenace dans mes recherches.

 

Mes autres erreurs sont aussi surement pour quelques choses dans cette première erreur.

En 2016, j’ai acheté un appartement à diviser en deux. Les travaux et la mise en place a été très très longue. Bien plus longue que ce que je pensais. Obtenir toutes les autorisations de l’urbanisme, réaliser les travaux, aménager l’espace, cela a pris plus d’un an à mettre en place.

 

C’est un projet qui m’a demandé du temps et ne m’a pas permis de m’investir à fond dans une recherche d’un nouveau bien.

Pour couronner le tout, en 2016, j’ai également acheté un garage que j’ai transformée en appartement. Là encore, vous imaginez les démarches nécessaires qui ont été très longue.

Ces 2 biens acheté en 2016 m’ont freiné, bloqué et fait perdre beaucoup de temps.

En plus, le fait d’avoir des travaux longs, m’a fait perdre de l’argent. Ça a eu un impact conséquent sur ma trésorerie. Le bien était à financer alors même que le bien n’était pas encore exploitable. Il n’y a pas eu de rentrée d’argent comme je l’avait prévu.

 

Echecs d’investisseur n° 2 : je voulais un immeuble

Il faut que je vous l’avoue, au départ, je voulais investir dans un immeuble pour l’exploiter entièrement en location courte durée.

Résultat : je n’y suis pas arrivé

 

Et pourtant, j’ai mis énormément de temps et d’effort dans ce projet. Mais avec le recul, je pense que j’ai vu trop gros. Je n’ai pas encore les reins assez solides.

Acheter un immeuble est très compliqué notamment car le principe qui dit que, plus on achète grand moins c’est cher au mètre carré, n’est pas vrai pour un immeuble.

C’est même tout l’inverse !

A Lyon, en tout cas, il y a une surcote sur les immeubles.

En plus de ça, c’est un marché composé de professionnels. De vrais professionnels comme des fonds d’investissements du Quatar qui ont des fonds très important. A côté, on est bien peu de chose.

C’est donc un marché d’initié, où les transactions se font très rapidement. Pour le moment, j’ai donc décidé de laissé de côté ce projet.

C’est un échec, je m’y suis résigné, peut-être que dans quelques années j’y arriverai.

 

Echecs d’investisseur n° 3 : un litige avec une copropriété

Cette échec m’empêche carrément de faire de la location saisonnière dans mon appartement. Et pourtant, j’ai toutes mes autorisations…

C’est un litige qui m’a pris beaucoup, beaucoup de temps également, et qui m’a couté un peu d’argent, en frais d’avocat notamment.

Ça m’a freiné car même s’il y a un avocat pour tout gérer, ça m’a pris de l’espace mental. On y pense, on ressasse et on est moins efficace.

J’aurais l’occasion de reparler de ce litige dans un autre article ou à mon prochain séminaire.

 

 

On vit TOUS des échecs, il ne faut pas en rester là

La vie n’est pas faite que de succès. Et quelque part, les succès n’auraient pas le même effet s’il n’y avait pas des échecs ou des déconvenues.

Il faut savoir aller de l’avant et c’est là où je veux en venir aujourd’hui.

On connait tous des échecs et des succès dans la vie. Ce qu’il faut c’est réussir à utiliser ses échecs pour les transformer en opportunité.

A chaque échec, je fais en sorte d’apprendre, de comprendre, de m’améliorer pour la suite.

Par exemple, avec mon litige de copropriété, j’ai détecté, grâce aussi à mon avocat, une petite faille qu’il est possible d’utiliser. Je suis capable aujourd’hui de faire en sorte que n’importe quelle location en courte durée soit devenu « illégale ». Grâce à cette échec, je sais comment l’utiliser à mon avantage ou à mon détriment.

Je vais utiliser cette clause pour renforcer mon activité, que mon business soit en béton et que personne ne puisse rien y faire.

Une clause qui quelque part permet de générer à vie des revenus avec la location saisonnière sans que personne ne puisse rien y faire.

 

J’ai aussi compris qu’un immeuble était pur le moment un investissement trop important pour moi. Je vais continuer au niveau de mes investissements comme j’ai pu le faire jusqu’à maintenant.

 

Je vais continuer de m’orienter sur des stratégies d’investissement à fort apport de revenus, à forte rentabilité. D’ailleurs, je mets à votre disposition les 12 stratégies les plus puissantes du moment en cliquant ici.

Enfin, je me dis que la longueur des travaux est un peu de ma faute. Peut-être n’ai-je pas réussi à anticiper certaines démarches…

Bref, j’ai appris de mes erreurs, je vais pouvoir mieux avancer sur mes prochains projets.

Je me suis réarmé, je suis devenu plus fort et 2018 va être une super année à tous les niveaux : mes investissements, mes entreprises.

 

Pour conclure, ne restez pas focalisé sur vos échecs, ne faites pas trop attention à ceux qui vous parlent uniquement de leur succès. Restez focus sur sur vos objectifs et transformez vos déceptions, vos échecs en opportunités.

Recommended Posts
Comments
pingbacks / trackbacks

Leave a Comment

location saisonnière nouvelle réglementation a lyonrèglementation de la location courte durée à bordeaux